Prudence avant l’été

 

Au mois de juin, les marchés retrouvaient leur dynamique haussière. Une lecture moins alarmiste de l'inflation et du scénario de durcissement de la politique monétaire redonnait de l'entrain aux investisseurs. Mais début juillet, la volatilité a fait son retour sur les marchés. Si les fondamentaux économiques n’ont pas réellement changé, plusieurs éléments poussent les investisseurs à prendre leurs profits avant l’été.

 

Le variant Delta

En premier lieu, le variant Delta, particulièrement actif en Asie du Sud-Est. Si les vaccins occidentaux semblent efficaces contre cette nouvelle souche très transmissible, il existe de nombreux pays où les populations sont encore peu vaccinées, ou bien avec des vaccins dont l'efficacité reste incertaine (vaccin chinois). Si ce variant venait à s’étendre plus largement en Asie, voire à s’installer en Chine, les conséquences pourraient être importantes. Nous n’en sommes pas là, mais ce scénario est possible et justifie une certaine prudence.

 

La géopolitique de Biden

En second lieu, l’évolution négative des relations entre les Etats-Unis et la Chine. Lors de sa tournée diplomatique européenne au mois de juin, Joe Biden a donné un message clair à ses homologues du G7 et l’OTAN : « L’Amérique est de retour ! » mais le sous-titre était tout aussi clair : « La Chine est l’ennemi, j’ai besoin de vous pour la combattre ». Si Joe Biden n’a pas remporté le succès attendu avec cette proposition, car les Européens préfèrent ménager leur partenaire chinois, cette « neutralité » européenne ne devrait pas affaiblir la détermination américaine. La Chine est désormais un ennemi publiquement désigné, ce qui pourrait conduire à une certaine escalade dans les tensions.

 

La politique de Xi Jinping

Pendant ce temps, la Chine de Xi Jinping a maintenu sa pression militaire sur ses voisins (Taiwan et Inde en particulier) et ses prises de parole agressives. Mais ceci n'est pas nouveau donc les marchés ne sont pas inquiétés outre mesure. En revanche, la récente attaque du gouvernement contre le groupe Didi (le Uber chinois), qui venait de réaliser son introduction en bourse sur le marché américain est plus problématique. Elle vient confirmer la volonté de Xi Jinping de mettre au pas le trop puissant secteur technologique chinois. A l'heure du centenaire du Parti Communiste Chinois (PCC), Xi Jinping reprend la main sur un secteur qui commençait à lui échapper, afin de s'assurer un strict contrôle de la liberté d'expression. C'est une douche froide pour les investisseurs car il semblerait que la Chine se referme.

 

Conclusion

Les marchés abordent donc l’été sur un positionnement plus prudent. Avec une saison estivale synonyme de moindre présence au bureau pour les professionnels de la finance, tout événement surprise pourrait avoir un impact assez fort sur les marchés. Les investisseurs prennent donc leurs profits et pourraient rester attentistes quelques temps. Le scénario économique sous-jacent reste néanmoins positif, ce qui devrait limiter la baisse des actions en cas d'événement inattendu

Emmanuel Domange 15 Jul. 2021