Imperturbables, les marchés ont continué à bien se comporter au mois de juin. En l’absence de nouvelle économique majeure et dans l’attente des publications de résultats du second trimestre, la tendance haussière a pu se poursuivre.

Le débat autour d’une probable récession aux États-Unis continue, mais cette dernière semble de moins en moins probable à court terme. Grâce à un marché de l’emploi qui affiche toujours une dynamique impressionnante et un secteur immobilier qui se redresse, la confiance des consommateurs reste élevée.

Attention cependant, car les banques centrales n’ont probablement pas terminé leur cycle de hausse des taux. Si les derniers chiffres de l'inflation sont encourageants, l’objectif des 2% est encore loin. C'est donc problématique pour les banquiers centraux car ils redoutent qu'au-delà de 2%, les revendications salariales soient renforcées, et cela pourrait relancer une inflation de second tour. Il est donc probable que politiques monétaires continuent à se durcir dans les mois à venir, aussi bien en Europe qu'aux États-Unis.

Place désormais aux publications des résultats des entreprises. Elles seront probablement une source de volatilité pour les marchés, mais avec un environnement économique relativement stable depuis quelques mois, elles pourraient au contraire rassurer les investisseurs quant aux capacités bénéficiaires des entreprises et préparer les bases d’un nouveau cycle de hausse des marchés.

 

Léopold Delaage 17 Jul. 2023